Interview de SYLVIE - Candidate de Fort Boyard 2010

Candidate de l’équipe n°4 de la saison 2010 de Fort Boyard avec Odette, Adrien et Philippe, ils ont envoyé hors du Fort l’équipe des vétérans le 31 juillet dernier, mais se sont fait battre le 07 août tout en réalisant la 2e meilleur récolte de Boyards de la saison ce soir-là !
Aujourd’hui, Sylvie, 47 ans, hôtesse d’accueil, revient pour nous sur une partie de son aventure "Fort Boyard", avant d’affronter la grande finale de samedi prochain...



Fan-FortBoyard.fr : Bonjour Sylvie, et merci d’accorder cette interview à Fan-FortBoyard.fr

Sylvie : Bonjour Sébastien et à tous les fans de FORT BOYARD. Ravie de pouvoir partager cette belle aventure avec vous


Fan-FortBoyard.fr : On va commencer par le début de ton aventure ; pourquoi as-tu souhaité participer à Fort Boyard cette année ?

Sylvie : Lorsque j’ai appris que les candidatures étaient ouvertes à des anonymes, j’ai pensé plutôt amusée : « pourquoi pas moi ? ». J’y ai pensé toute la journée. Le soir même je remplissais le dossier sur le site de France2 car une occasion formidable s’offrait à moi. Celle de me dépasser, de surprendre et de me surprendre, d’essayer de vaincre mes peurs, (le vide et les araignées) et de prouver à mes enfants qu’avec de la volonté on peut faire beaucoup de choses. Nous sommes à la maison des fidèles du jeu, et mes enfants me disent toujours depuis des années que je devrais y participer car les énigmes du Père Fouras et le mot code me résistent rarement. Et puis qui n’a pas rêvé d’entrer dans ce lieu magique ?!


Fan-FortBoyard.fr : Comment s’est déroulé ton casting à Paris ?

Sylvie : J’y suis allée seule. Je me suis bien préparée durant la semaine car parler de soi devant une caméra et des jurés n’est pas une chose facile. Je suis restée moi-même et, étonnamment j’ai pu aborder cette première épreuve avec aisance. Auparavant nous avions passé quelques tests chronométrés composés d’énigmes, d’anagrammes, de questions mathématiques et de logique, ainsi qu’une petite épreuve physique. Par hasard, j’y ai fait connaissance de candidats que j’ai retrouvés ensuite sur l’Ile d’Aix.


Fan-FortBoyard.fr : Quelle a été ta réaction lorsque que tu as appris ta sélection parmi près de 10 000 candidatures ?

Sylvie : Après 15 jours d’attente interminable  j’ai reçu un appel de la production qui m’annonçait que j’étais retenue. J’ai explosé de joie car même si mon entourage me disait que j’avais toutes mes chances, j’ai douté jusqu’au bout. Paul, mon fils, était à côté de moi, on a pu partager ensemble cette bonne nouvelle. Puis j’ai appelé mes filles, Clémence et Maud, qui étaient toutes excitées à l’idée de me voir dans le Fort. C’est bien plus tard que j’ai su que nous étions 10000 au départ et je suis plutôt fière d’y être parvenue.


Fan-FortBoyard.fr : Ensuite, je suppose que tout va très vite et tous les candidats débarquent à l’île d’Aix, 2 jours avant le premier tournage. Comment se passe ce moment là, car personne ne se connait encore ?

Sylvie : C’est vrai que personne ne se connaissait, mais nous étions tous là dans un même but : nous amuser, et l’ambiance a tout de suite été excellente. L’accueil d’Olivier Minne sur la plage et la séance photo de nous tous nous ont tout de suite mis dans le bain. Des rapprochements se sont naturellement faits, nous nous sommes découverts petit à petit et jamais je n’ai ressenti de rivalité ou d’animosité. Nous étions en colo, nous n’avions plus d’âge, plus de métier, plus de classe sociale. 


Fan-FortBoyard.fr : Tu découvres les trois autres candidats de ton équipe, tu penses quoi à ce moment-là de cette équipe n°4 ?

Sylvie : J’avais en face de moi un pilote de moto professionnel, un triathlète et une passionnée et pratiquante de boxe. Je me suis sentie toute petite ! C’est vrai que je fais beaucoup de sport toute l’année et en tout genre, mais pas à leur niveau. Mais nous avons très vite sympathisé, nous sommes senti très homogènes et complémentaires. Chacun de nous avait ses atouts et une même envie de tout donner. On décidé à ce moment là que notre cri de guerre serait « Leeeeees PASO » (les initiales de nos prénoms !)


Fan-FortBoyard.fr : Lors du tirage au sort, tu découvres que ton équipe ne passera pas de suite ! Passer en 4e émission c’était le bon moment selon toi ?

Sylvie : C’est vrai que passer en premier offrait à l’équipe gagnante plus de chance d’acquérir 10000€ aux émissions suivantes. Mais nous étions si bien sur l’île que nous n’avions pas envie d’en partir tout de suite en cas d’échec ! Quand nous avons été tirés au sort pour passer le mercredi nous étions prêts, et boostés par l’envie d’y aller car nous avions vu revenir du Fort les autres équipes enthousiastes. C’était notre heure !


Fan-FortBoyard.fr : Comment se sont passés ces trois jours d’attentes sur l’île avec les autres candidats ? Et avec ton équipe, vous avez établi des stratégies ? Des entraînements ?

Sylvie : Ce temps d’attente a été idéal. Nous avons appris à bien nous connaitre. Nous nous sommes entrainés aux énigmes grâce à Adrien qui en avait apportées. Il s’est avéré que lui et moi étions les plus à même à affronter le Père Fouras. Nous nous sommes exercés aux portés comme si nous étions déjà dans la salle du trésor. C’est là que nous avons décidé de ne pas en faire et nous sommes mis d’accord sur le mode de circulation et de croisement sans gène. Nous avons également convenu de la façon de prononcer les codes pour éviter les malentendus, et avons désigné celui ou celle qui manipulerait le fameux cadenas. Pendant ce temps–là toutes les équipes faisaient la même chose et nous pouvions voir à différents moments de la journée des petits groupes de 4 s’isoler dans l’ile pour s’entrainer. Mais nous nous retrouvions toujours pour partager les repas avec beaucoup de bonne humeur.    


Fan-FortBoyard.fr : Tu débarques sur le fort pour la première fois. Quelles sont tes impressions en entrant dans ce lieu chargé d’histoire ?

Sylvie : Lorsque nous débarquons sur la plateforme près du Fort on nous souhaite la bienvenue et nous dit que nous aurons un peu de temps pour le découvrir et réagir. Heureusement ! Car après avoir emprunté la passerelle au dessus de la mer nous arrivons face aux tigres et à la salle du trésor et là la magie opère. On l’imaginait plus grand mais quel endroit impressionnant ! On oublie les caméras, le jeu, le stress, on déguste et on est comme des enfants. Le rêve devient réalité. C’est magnifique !!!!


Fan-FortBoyard.fr : Donc on va essayer de faire le tour de tes prestations durant tes deux émissions. Le 31 juillet dernier, tu commences par l’épreuve du tourniquet, le principe est assez simple et tu trouves rapidement ton rythme par rapport aux obstacles. Qu’elles sont les difficultés de cette épreuve ? Les vis sont vraiment vissées fort ?

Sylvie : J’ai été choisi pour ma petite taille et mon tonus. Pour çà j’ai assuré même si j’ai pris des coups ! Il fallait être attentif aux différents niveaux d’obstacles tout en continuant de dévisser les vis- papillon. Et là j’avoue que c’était très difficile car elles sont très serrées et peu mobiles lorsque je suis enfin arrivée à les débloquer. Elles ne deviennent faciles à dévisser qu’à la fin d’un long pas de vis. De plus l’effort tétanise les muscles des mains qui ne sont pas habitué à ce genre de mouvement. C’est vrai le principe est simple mais il faut le faire avec en plus l’angoisse d’être emmenée en prison par La Boule.


Fan-FortBoyard.fr : Hélas, il fallait absolument la clé pour sortir, tu n’y arrives pas. La Boule t’emmène dans les prisons. Comment se passe ce moment enfermé dans les sous-sols du Fort ? Et fait étrange, trois des quatre candidats Titane vont défiler à tes cotes, grâce à eux tu étais au courant de la progression de ton équipe ?

Sylvie : Très déçue de finir là après seulement une épreuve ! On est seul, il y fait froid et sombre, la cellule est très petite, on entend des bruits, des cris d’encouragement et de joie qui viennent de la surface et on se sait pas à quelle équipe ils appartiennent. J’ai eu la brève visite d’un Maitre du Fort qui s’est stationné vers moi les bras croisés en silence dans toute son impressionnante majesté et qui est reparti avec la même discrétion.  Je suis passée par tous les stades d’humeur : la tristesse, l’ennui, la rage, l’impatience. J’ai chantonné, j’ai parlé seule, j’ai dessiné dans le sable pour occuper le temps qui semble si long. On peut apercevoir à l’écran que je porte dans ma tresse un ruban blanc, il s’agit d’un porte-bonheur sur lequel ont signé mes proches et mes amis. En le manipulant du bout des doigts, j’ai pensé à eux et je leur promettais de ne pas les décevoir en sortant de là. C’est fou comme on devient fétichiste dans ce genre de situation ! Puis un candidat Titane est arrivé et m’a rassurée car notre équipe avait un peu d’avance.
Mais même si c’est un décor au fin-fond des sous-sols, c’est extrêmement bien fait et on s’y croit vraiment. C’est un passage marquant.


Fan-FortBoyard.fr : Tu n’assisteras pas à la manche 1, mais tu aura la possibilité de sortir et de faire gagner ton équipe en réalisant le mini-jeu avec les baguettes chinoises ; c’est difficile de réaliser un tel jeu de précision dans ce lieu est avec une pression énorme? Et puis au final, une joie immense avec ton équipe d’avoir accès à la 2e manche !

Sylvie : En temps normal ce mini-duel est réalisable avec un peu de dextérité. Je suis assez habile et j’aime manger chinois avec des baguettes. Mais dans le contexte c’est autre chose ! Les dés sont glissants entre les baguettes. Je tremblais de trac et de froid. J’avais en plus la pression de faire gagner mon équipe ou pas. J’ai pu réussir en respirant bien, on me voit d’ailleurs beaucoup souffler ! Quand j’ai rejoint mon équipe ce fut un grand bonheur de les retrouver. On a tous explosé !


Fan-FortBoyard.fr : En manche 2, et certainement remontée à bloc, on te retrouve dans l’épreuve des cylindres. Qu’est ce qu’on ressent en réalisant cette épreuve culte ? Et comment expliques-tu cette fin à deux doigts de décrocher l’indice ? Et comble de malchance, c’est la case prison pour la 2e fois !

Sylvie : Comme tu dis, remontée à bloc ! Cette épreuve je la connaissais et je la sentais bien à chaque fois que je la voyais. Je l’ai abordée très concentrée en essayant de maintenir tout mon poids au centre des cylindres et non pas avec mes jambes de chaque côté. Et çà fonctionne pas mal. Il faut savoir qu’ils ne sont pas glissants et hyper sensibles au moindre écart d‘équilibre. Il faut onduler le plus possible.  J’ai malheureusement échoué à 3cm de la clé, que je touche, sous la pression de mes coéquipiers qui me disent d’accélérer. Dommage, j’étais destinée à la prison ! 


Fan-FortBoyard.fr : Tu ressors des prisons et Odette te remplace. Une nouvelle émission commence pour toi ; de suite tu réalises en duel, la cellule qui rétrécit. Malgré l’erreur que tu as faites avec une clé, tu arrives à remporter ce duel face à Lydia des Champions ; qu’est-ce-que l’on se dit après cette victoire ? La chance est de retour ?

Sylvie : Cette cellule est aussi mythique et elle faisait très peur à mon fils quand il était petit. J’ai pensé à lui. Je n’étais pas trop impressionnée par le lieu mais hyper motivée par l’envie de réussir enfin une épreuve. J’ai oublié que le plafond descendait et les objets qui tombent autour de nous, et me suis concentrée sur les clés et la façon de les décoincées. Pas facile car le parcours était jonché d’obstacles, un vrai casse-tête. Mais j’adore çà ! Et enfin une victoire pour l’équipe et la chance qui revient.


Fan-FortBoyard.fr : Pour finir cette émission, on assiste à un grand moment ton saut au dessus de la mer. Quelles sont tes souvenirs de cette épreuve ?

Sylvie : Quand j’ai posé ma candidature j’étais déterminée à faire ce saut pour vaincre mon vertige et aller au-delà des mes possibilités. J’avais réussi à convaincre mon équipe qu’ils pouvaient me faire confiance. Il fallait que je sois à la hauteur. Dès qu’Olivier Minne me demande d’aller me préparer je me mets en conditions. Pendant tout le temps passé à m’équiper je m’enferme dans une bulle. Je n’entends plus rien d’autres que les instructions qu’on me donne, je ne vois plus rien autour de moi. Je ne me souviens même pas avoir marché sur la passerelle. Je suis très bien encadrée. Je fixe l’horizon, je sens le vide sous mes pieds. Tout me passe par la tête, sauter renoncer crier… J’ai la nausée, les jambes en coton. Mais je n’ai pas le choix. Il faut l’indice. Adrien et Philippe m’encouragent et comptent sur moi. Pour mes enfants, pour mon équipe et pour le défi que je me suis lancé, je me laisse tomber. Extraordinaire ! Je ne vois rien, je ne sais pas si je monte ou redescends mais je reprends mes esprits pour me redresser et attraper l’indice. Quelle émotion ! Jamais je ne me serais cru capable de çà. J’encourage tous ceux qui en ont l’envie de le faire. C’est géant ! 


Fan-FortBoyard.fr : Devant la salle du trésor, tu te sacrifies pour avoir un nouvel indice. Mais on aperçoit que tu annonces la solution du mot code à Adrien, alors que tu n’aurais du rien lui parler. Personne n’a fait la remarque sur place à ce moment-là ?

Sylvie : Le sacrifice ne nous écarte pas du jeu et nous sommes autorisés à participer à la recherche jusqu’au bout. Seul l’accès à la salle du trésor est interdit. Et c’est vrai j’ai trouvé le mot assez tôt pour permettre à Adrien et Philippe d’entrer avant les champions.


Fan-FortBoyard.fr : Au final, vous trouvez le mot code et vous récoltez le plus de Boyards, et vous devenez tout les 4, les nouveaux Champions, qu’est ce que l’on ressent a ce moment là ? Pourvoir retenter sa chance, une nouvelle fois en tant que champions, ce n’est pas rien !

Sylvie : C’était une grande surprise pour nous tous car les champions sont très forts et difficiles à battre. Chaque jour, tout le monde attendait sur l’ile avec impatience le retour de l ‘équipe qui avait du les affronter et espérait qu’elle avait réussi à les détrôner. Que ce soit nous fut une grande joie partagée. Nous n’avons pas réalisé tout de suite que nous avions gagné aussi 10000€ et Odette et moi en avons douté jusqu’au couché. La pression est vite montée quand nous avons du nous revêtir de noir et qu’on nous attendait au tournant ! On est resté motivés.


Fan-FortBoyard.fr : Comment s’est passé le retour sur l’île en tant que nouveaux Champions, avec tous les autres candidats de la saison ?

Sylvie : On nous a beaucoup félicités et tout le monde était ravi pour nous, même les champions qui sont des personnes vraiment très sympathiques, discrètes et d’une grande simplicité. Notre victoire nous a rapprochés.


Fan-FortBoyard.fr : Avant l’enregistrement de l’émission suivante, il y a eu un jour complet de repos, comment s’est passé cette journée ?

Sylvie : Nous n’avons pas vraiment pu nous entrainer comme on le souhaitait car le temps s’est considérablement gâté à partir de ce jour. Nous avons revécu ensemble l’émission de la veille pour éviter de refaire les mêmes erreurs. Quant à moi je me suis dopée d’antalgiques et d’anti-inflammatoires pour soulager la blessure que je me suis faite en tombant des cylindres. Je craignais tellement qu’on m’interdise de rejouer que je n’ai rien dit à personne. J’évitais de boiter devant mes adversaires qui auraient pu penser que notre équipe était affaiblie. J’avoue qu’Odette et moi avions très peur qui je ne puisse pas continuer tant la douleur était vive.


Fan-FortBoyard.fr : Lors de ta 2e émission, en tant qu’équipe Championne, tu fais une deuxième fois la cellule qui rétrécit, mais cette fois seule ! Comment as-tu abordé ce 2e passage dans cette cellule ?

Sylvie : De la même façon que la première fois. J’avais l’avantage de la connaitre déjà un peu, mais il y avait plus de clés et une clepsydre qui rajoutait du stress.


Fan-FortBoyard.fr : Juste après c’est le duel du relais-étriers, tous les candidats participent une fois, mais pour toi çà sera deux passages à la suite, suite à l’emprisonnent d’Odette. Tu n’a fais qu’un passage finalement, mais aurais-tu pu malgré tout, en faire un deuxième en totalité ? C’est un duel difficile malgré tout !

Sylvie : je crois que si l’autre équipe avait eu 3 candidats aussi j’aurais sans problème pu aller jusqu’au bout. Nous serions partis sur un pied d’égalité. J’avais bien trouvé le rythme et la technique. Cette épreuve demande à la fois de la force et de l’équilibre, tous les muscles travaillent. J’ai eu très peur (et çà se voit !) quand Olivier Minne a annoncé que je devais réaliser le passage d’Odette, car suite à ma blessure nous avions convenu de m’épargner toutes les épreuves qui faisaient appel aux pieds et genoux. Pas de chance pour moi ! Mais j’avoue que dans le feu de l’action on est galvanisé et la douleur est vite oubliée. Malgré tout et je ne m’en étais pas rendu compte on me voit bien boiter dans la salle du trésor.


Fan-FortBoyard.fr : Lors du conseil, tu es face à Anne-Cécile dans le duel des paires. La réussite de ce duel est due au hasard ou a une bonne mémoire ?

Sylvie : Le hasard n’a pas sa place à la fin de ce jeu. J’ai une bonne mémoire et c’est un jeu que j’ai beaucoup pratiqué avec mes enfants


Fan-FortBoyard.fr : Vous accédez à 4 à la salle du trésor avec un mot code facile, vous aviez une technique précise à l’avance, pour ramasser le maximum de Boyards ? Et à quoi on pense à ce moment capital de l’émission, car il faut ramener les boyards, courir et surveiller la grille ?

Sylvie : Là encore j’ai trouvé le mot assez rapidement ce qui a permis à Adrien et Philippe de foncer vers les Boyards. Nous pensions qu’avec leurs bras plus larges ils pouvaient prendre de l’avance sur les autres. Quand nous commençons les allés-retours on ne pense à rien d’autre que de courir sans gêner les autres et en évitant de glisser sur le sol mouillé. La cloche retentit suffisamment fort pour ne pas l’oublier. Tout s’enchaine très vite.   


Fan-FortBoyard.fr : Votre défaite signe la fin de cette émission, quel a été ton sentiment après le tournage ? Vous n’êtes pas restés des Champions bien longtemps, comme expliques-tu cette "bête" défaite de quelques grammes ?

Sylvie : Les garçons sont entrés les premiers pour commencer la récolte. Malheureusement ils n’ont pas vu qu’Odette n’arrivait pas à sortir. Elle s’est retourné l’épaule en entrant par la trappe et ne pouvait plus se hisser. Moi j’étais dessous à essayer de la pousser. J’ai fini par lui poser ses pieds sur mes épaules et la lever à la force de mes jambes déjà blessées. C’est à ce moment que nous avons perdu le jeu car nous étions les premiers dans la salle, il nous manquait 2 ou 3 poignées ! Dommage !
Une défaite n’est jamais très agréable à vivre, encore moins quand on a tout donné et que çà se joue à si peux de chose. Mieux organisés dans la salle du trésor on aurait pu aller plus loin. Les anciens champions avaient méthode efficace : un garçon sort en premier et aide une fille. Nous n’avions pas leur expérience puisque la première fois Adrien et Philippe sont entrés sans Odette et moi.


Fan-FortBoyard.fr : Et après ces deux émissions, vous saviez déjà que vous aviez une très grande chance de participer à la Grande Finale ? On se prépare différemment pour cette dernière grande émission ou rien ne change, vous étiez bien habitués déjà ?

Sylvie : Nous attendions sur l’ile prêts à partir ou pas en fonction du résultat des équipes qui passaient encore. La motivation est toujours là aussi intense, mais nous étions inquiets car les deux filles étaient blessées. Nous savions qu’il ne fallait pas être trop surs de soi car rien n’est gagné d’avance et nos adversaires sont très bons. On ne s’habitue pas au stress et tant mieux çà peut être un moteur, la magie reste la même et on apprécie encore plus chaque instant passé sur Fort.


Fan-FortBoyard.fr : Sans trop nous en dire encore, suspens oblige ! Lors de cette grande finale, çà a fait du bien de retrouver votre maillot orange d’origine et tant que "Cuivre" ? Et surtout de ré-affronter les Champions vétérans en première manche un sentiment de déjà vu ?

Sylvie : Ce fut un vrai plaisir de retrouver les anciens champions sur le Fort. Nous avions beaucoup sympathisé et c’était sans rivalité mais avec beaucoup de hargne que nous nous affrontions. Nous avons vécu un grand moment d’émotion lors du duel entre Adrien et Alain. Ils ont été brillants et très impressionnants. Et croyez-moi de vivre çà en direct c’est terrible ! Vous allez j’espère ressentir la même angoisse que nous avions nous tous à ce moment-là, tant les candidats que toutes les personnes présentes sur le Fort. Un duel à ne pas rater ! 


Fan-FortBoyard.fr : Et plus de deux mois après, comment s’est déroulé la diffusion de ces deux émissions ? En famille ? Entre amis ?

Sylvie : Le 31 j’avais pour l’occasion invité famille, amis, amis de mes enfants... Nous étions environ une trentaine dans le jardin dans lequel nous avions prévu la projection sur la façade de la maison. Par chance il faisait très beau ce soir-là. Quelques salades, des pizzas et beaucoup de bonne-humeur. C’était très amusant de les voir m’encourager et pousser des cris de joie ou de déception. Tout le monde a vécu mon saut avec beaucoup d’émotion et de stress. C’était génial de les voir réagir quand j’ai enfin sauter. Les larmes ont coulé sur beaucoup de joues !


Fan-FortBoyard.fr : As tu retrouvé vraiment la même ambiance en regardant l’émission qu’en l’enregistrant ?

Sylvie : çà n’a rien à voir. Ce que je ressentais sur le fort était bien plus intense encore. J’ai ressenti beaucoup de stress quand j’ai regardé les épreuves de mes coéquipiers. Etant en prison pas mal de temps j’en avais raté une bonne partie !  De plus, beaucoup de moments ont forcément été coupés, et on ne retrouve pas toujours toute l’émotion de l’instant.


Fan-FortBoyard.fr : Tu as eu la chance de découvrir le fort et l’envers du décor, un petit scoop a révélé aux fans de Fort Boyard ?

Sylvie : Il faut que le Fort garde sa magie et son mystère ! Je peux dire que La Boule est tel qu’on le voit à l’écran humour en plus et Le Père Fouras reste très mystérieux. Passe-Partout et Passe-Muraille sont super sympa, très moqueurs et blagueurs. Ils n’hésitent pas à plaisanter discrètement même lorsque la caméra tourne et qu’Olivier Minne présente l’épreuve. Merci à eux, çà détend!


Fan-FortBoyard.fr : Attention... petites questions-réponses rapide. Y a t-il une épreuve du fort que tu n’as pas faites que tu aimerais faire ?

Sylvie : la balançoire et la tête chercheuse


Fan-FortBoyard.fr : Rassure-nous, tu n’es pas allée une troisième fois l’épreuve de la cellule qui rétrécit lors de la Grande Finale ?

Sylvie : nooonnnn !!!!


Fan-FortBoyard.fr : Quel restera le meilleur moment tes deux premières émissions ?

Sylvie : notre entrée dans le fort et le saut au dessus de la mer 


Fan-FortBoyard.fr : Et le pire ?

Sylvie : la blessure que se fait Odette dans sa salle du trésor


Fan-FortBoyard.fr : Si l’on te dit d’y retourner l’an prochain, tu y vas ? Avec les mêmes règles du jeu que la saison 2010 ? Ou avec celle de 1991-2009 ?

Sylvie : Mes bagages sont déjà prêts et je m’entraine déjà ;-) !!! En simplifiant un peu les règles de cette saison. Même dans 10 ou 20 ans je serai partante.


Fan-FortBoyard.fr : Qu’est-ce-que tu pourras faire de mieux ? Même si ton parcours est déjà excellent !

Sylvie : Merci ! J’essaierai de faire les épreuves plus vite encore. Il me manquait chaque fois si peu !


Fan-FortBoyard.fr : Et bien, merci Sylvie pour cette interview, et on ne manquera pas de soutenir l’équipe des Cuivres, samedi sur France 2 !

Sylvie : Merci à toi Sébastien pour tout ce que tu fais pour nourrir ce site. Merci à tous les fans de nous avoir suivis et encouragés. Et un conseil : postulez !!!!


Interview réalisé le 18 août 2010
Fan-FortBoyard.fr remercie chaleureusement Sylvie pour sa disponibilité à la réalisation de cette interview

Autres interviews de Fort Boyard :

Commentaires (3)

  • 1. | 19/08/2010
merci pour cette entrevue intéressante :)
ALVES Marie
  • 2. ALVES Marie | 23/08/2010
Super Sylvie tu as été surprenante et félicitations pour ton sot, il faut beaucoup de courage.
Bravo encore Sylvie
LOU
  • 3. LOU | 27/08/2010
Impressionnante !!!
Motivée tu es encore plus belle

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 18/09/2016