Excalibur : retour sur une épreuve mythique de Fort Boyard

Le renouvellement des épreuves qui se fait chaque année dans les cellules du fort, a fait une victime de taille il y a quelques semaines : Excalibur. La mythique épreuve dans laquelle il fallait libérer une épée d'un tronc, puis couper une corde pour avoir la clé, n'est plus visible dans les émissions. Une épreuve connue de tous qui avait réussit à survivre à toutes les versions de Fort Boyard et à passer toutes les époques. Malgré son départ, elle conservera de nombreux records...

Nouveauté de 1991, Excalibur c'est une épreuve toute simple, présente depuis la 2e saison du jeu ! Cette difficile épreuve de force a occupé la même cellule 219 pendant 28 saisons, c'est un record. Et encore, juste avant sa création, se trouvait dans cette cellule l'épreuve des Poupées russes en 1990, qui n'est apparue qu'une seule et unique fois à l'antenne. Autant dire que la cellule 219 reste naturellement associé à Excalibur dans l'esprit de tous.

Outre sa longévité dans la même cellule, c'est une épreuve qui est apparue chaque saison dans au moins une émission. C'est encore un autre record.

De plus, c'est une épreuve qui n'a pas connu d'autre version (à l'exception du bloc de glace des nocturnes de 2012), et il n'y a eu quasiment pas de changement majeur de décor. Seul l'éclairage a évidemment évolué de nombreuses fois pour suivre les évolutions techniques de chaque époque.
C'est aussi la dernière cellule qui n'avait pas changé ces dernières années, avec les pierres apparentes et les trois portes grises.

Avec la disparition d'Excalibur, il reste peu d'épreuves créées dans les années 1990-1996 dans les cellules du fort : Caserne, Museum et Tête chercheuse. Elles ont toutes les trois reçues des évolutions ou des changements de noms et sont diffusées chaque année depuis leur création. On peut rajouter la Lutte, même si l'épreuve a connu plusieurs saisons d'absences.

Est-ce que le départ d'Excalibur sera définitif ? C'est une épreuve avec peu de matériel, qui pourra certainement revenir un jour d'un façon ou d'une autre. En attendant, la cellule 219 accueille l'épreuve du Fakir avec le personnage de Magik incarné par Magloire.

Excalibur 1991-2018

Quoi qu'il en soit, l'épreuve d'Excalibur restera dans la mémoire de tous. Spécialement réservée aux hommes depuis toujours, elle a été une épreuve discrète avec en moyenne 2,9 apparitions par an. Au final, on peut dire qu'elle n'est apparue "que" 82 fois pour 32 réussites et 50 échecs. Ce n'est pas une épreuve où la clé est donnée !

En 28 ans, elle a vu défiler de nombreux candidats et pas les plus minces ! Voici quelques souvenirs :

- Christophe Pinna en 1994,
- Jérôme Le Banner en 1996,
- Filip Nikolic en 1997,
- Vincent Moscato en 1998,
- Pascal Gentil en 1999,
- Stéphane Traineau en 2003,
- Fabrice Tiozzo en 2004,
- Alain Bogossian et Christian Califano en 2005,
- Cut Killer et Antoine Deneriaz en 2006
- Yannick Jauzion, Matthieu Bataille et Jean-Marc Mormeck en 2007,
- Jean-Pierre Dick en 2008,
- Fabien Pelous en 2009,
- Teddy Riner et William Meynard en 2011,
- Pascal Olmeta et Frédérick Bousquet en 2012,
- Teheiura de Koh Lanta et Philippe Etchebest en 2013,
- Sébastien Chabal et Adil Rami en 2014,
- Ronny Turiaf en 2015,
- Pascal Soetens et Sébastien Loeb en 2016,
- Florent Manaudou en 2017,
- Camille Lacourt en 2018.

Excalibur avec Jérôme Le Banner en 1996

Excalibur avec Filip Nikolic en 1997

Excalibur avec Stéphane Traineau en 2003 (en seulement 3 coups !)

Excalibur avec Teddy Riner en 2011

Excalibur avec Frédéric Bousquet en 2012 (version glace)

Excalibur avec Philippe Etchebest en 2013

Excalibur avec Sébastien Chabal en 2014

Bonus : Excalibur avec Eric Beauséjour en 1996 au Québec, qui casse l'épée !

Photo d'illustration | © Capture France 2 - Fan-FortBoyard.fr

adventure line productions epreuve fort boyard 2019 infos/nouveautes 2019

Commentaires (1)

bipbeep59650
  • 1. bipbeep59650 | 10/08/2019
Dans l'article vous mettez deux fois la vidéo de Stéphane Traîneau en 2003, alors qu'il y a écrit juste en dessous Teddy Riner en 2011.

Ajouter un commentaire